Buscar
  • Javier Mateos Arévalo

Remembering: Thalisma Project (french)

https://soundcloud.com/javiermateos/sets/thalisma-project


Cette semaine, je veux écrire sur cette EP que nous avons enregistré en août 2018. C'est un matériel très naturel, je me souviens que on s'est réuni et l'avons enregistré en deux sessions. Toutes est enregistré en live, dans deux ou trois "takes". Presque rien n'a été modifié. L'idée était de réunir dans un projet la musique de Miguel Sánchez et son album Thalisma, entre autres compositions, avec ma musique.


La fusion des styles m'a toujours attiré, je pense que c'est un sujet très intéressant et risqué. On se retrouve souvent au niveau amateur et semi-professionnel avec des projets de fusion qui touchent tous les styles sans maîtriser aucun. Je pense que j'ai commencé à réfléchir sur ce phénomène dans mes premiers groupes "garage".

Le mélange de jazz et de flamenco est pertinent, mais en quoi consiste le mélange? Il faut d'abord trouver des ingrédients compatibles; si chacun fait son truc, il n'y a pas de communication et donc on ne peut pas parler de fusion de styles mais d'un sur-position de styles. Aussi surprenant que cela puisse paraître pour certains, le flamenco est rarement improvisé par rapport au jazz. Les «flamencos» improvisent d'une autre manière, en choisissant les matériaux qu'ils vont utiliser, ou, dans le cas des cantaores, par exemple, dans la façon dont ils étirent ou raccourcissent leurs phrases lorsqu'ils chantent, mais en général, dans le flamenco, ils sont joués ce qu'on appelle des "falsetas" qui ont une durée et une forme plutôt prédéterminées. Le jazz a un modus operandi différent. Dans leur pratique courante, les jazzmen utilisent une mélodie et une harmonie (un cycle d'accords ou un cycle harmonique) qui servent à improviser encore et encore entre la mélodie du thème. La mélodie d'un standard est généralement jouée au début et après les solos pour terminer. Il y a donc un point de contact lorsque nous rapportons des falsetas et des cycles harmoniques que nous utilisons pour improviser, car à mon avis, cette fome musicale génère une synergie: la mélodie de la chanson acquiert complexité et personnalité étant une falseta plus élaborée, les falsetas obtiennent une autre conséquence que le chant ou la danse, ce qui permet de manipuler le "climax" de la chanson. Dans le cas de "mi rollo", le thème principal serait une falseta, jouée par la flûte et la guitare électrique, qui adapte son jeu comme s'il jouait la guitare flamenco. Après la falseta, une longue improvisation est le lien pour détendre toute la tension créée par elle. Le travail de Bastien sur la guitare est remarquable, changeant la façon de jouer, copiant la façon dont la guitare flamenco joue pendant les falsetas et jouant en tant que guitariste de jazz pendant les solos.

La deuxième chanson de l'EP, "oleando" est un hommage à un vieux groupe qui portait le même nom et avec qui j'ai eu le plaisir de jouer et de grandir musicalement à l'époque de mes études. Dans cette composition, les éléments du flamenco sont utilisés conceptuellement pour obtenir un son particulier, mais pas nécessairement le flamenco. En fait, plutôt peu flamenco. La mélodie du thème est un'unisson entre la flûte et la basse. C'est une mélodie construite à deux gammes. Une phrygien et une artificielle, utilisées pour terminer la phrase avec une cadence phrygien qui se termine par E. Ce mode artificiel qui est construit en ajoutant un demi-ton et un ton consécutivement, a été largement utilisé depuis l'époque de la fusion flamenco la plus primitive comme une ressource pour créer une ambiguïté entre les différents "toniques flamenco" qu'il soulève. Il suffit d'écouter quelques enregistrements de Jorge Pardo, pour en trouver des exemples (bientôt je publierai un article sur ces sujets trop longs pour le commentaire d'un EP) La séquence harmonique qui suit utilise cette même échelle artificielle pour construire des toniques à distance de tièrce mineur (Bb-G; puis dans la deuxième section du solo Db-E). Côté rythmique, j'ai construit un groove en quatre temps, mais avec un cycle de trois mesures. De cette façon, une sorte de rythme "latin" peut être joué avec le son de bulería transformé en "clave". C'est une chanson amusante à jouer et qui laisse beaucoup de jeu aux tensions harmoniques que l'improvisation permet. La dernière chanson de la démo est une ballade de Miguel. j'ai en profité du moment pour faire mon premier enregistrement avec la flûte alto. C'est sans doute le son de rêve pour un flûtiste avec le seul problème de transposition; en effet la flûte alto est un instrument transpositeur, c'est-à-dire qu'il faut penser tout un quinte plus haut ou pouvoir transposer "au pif" ... Dans cette version, le son de la flûte alto favorise le lyrisme de la mélodie principale . Depuis, je passe plus de temps sur cet instrument ... Thalisma est un projet très audacieux dans lequel nous osons mélanger notre musique avec le flamenco traditionnel, en comptant sur la scène avec des artistes de flamenco et de jazz créant ensemble pour le plaisir de communiquer et de s'amuser ... un souvenir que j'ai le plaisir de partager cette semaine avec vous. Pour écouter la maquette il suffit de faire clcik sur le lien.

https://soundcloud.com/javiermateos/sets/thalisma-project



0 vistas

© 2017 by JAVIER MATEOS

. Proudly created with Wix.com